Bienvenue sur le quiz de la FFANE !

L’égalité des genres et l’histoire du féminisme au Canada

Teste tes connaissances sur l’égalité des genres et l’histoire du féminisme au Canada en répondant par Vrai ou Faux aux 15 affirmations suivantes. Auras-tu tout bon ?

Vrai ou Faux ?

Résultats

-

#1. Les inégalités entre les hommes et les femmes n’influencent pas les perspectives économiques des femmes.

La réponse est – Faux

Les inégalités de genre ont un impact sur les perspectives professionnelles des femmes. Par exemple, l’accès aux postes à responsabilité est plus difficile pour les femmes : en 2015, on estime que seulement 19,5% des conseils de direction des 500 plus grandes entreprises canadiennes était occupé par des femmes.

Source : Fondation canadienne des femmes, Les femmes en position de leadership au Canada : les faits

#2. La première journée des femmes a été célébrée au États-Unis.

La réponse est – Vrai

C’est aux États-Unis que la première journée nationale des femmes a eu lieu le 28 février 1909. Elle a été suivie le 19 mars 1911 par la première journée internationale des femmes qui a eu lieu dans 4 pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark et la Suisse.

Source : Nations Unis, Journée internationale des femmes – Origines de la journée

#3. Le mot genre désigne les rôles et les comportements qu’on associe au fait d’être un homme ou une femme dans une société donnée.

La réponse est – Vrai

Le genre a un impact sur la manière dont le pouvoir et les ressources sont réparties au sein de la société. Bien que l’on pense le genre de façon binaire (homme/femme), on observe de plus en plus de diversité dans la manière de vivre et d’exprimer son identité de genre.

Source : Institut de recherche en santé du Canada, Qu’est-ce que le genre? Qu’est-ce que le sexe?

#4. Le mot sexe fait référence aux caractéristiques biologiques et physiologiques qui distinguent l’homme, la femme et les personnes intersexuées.

La réponse est – Vrai

L’identification du sexe repose sur différentes caractéristiques (anatomie, hormones, chromosomes…). Il est important de noter que l’on estime à 1,7% la proportion de bébés qui naissent avec des caractéristiques ne correspondant pas aux définitions traditionnelles du sexe masculin ou du sexe féminin. On parle alors de personnes intersexuées.

Source : Nations Unies, Libres et égaux

#5. Les femmes sont plus à risque que les hommes d’être victimes de violence domestique.

La réponse est – Vrai

Au Canada, en 2016, parmi l’ensemble des victimes ayant rapporté aux autorités avoir subi des crimes de la part d’un conjoint ou ex-conjoint, 78% sont des femmes et 22% sont des hommes.

Source : Institut national de santé publique du Québec, Trousse média sur la violence conjugale – Ampleur.

#6. La proportion de femmes autochtones touchées par la violence conjugale est égale à celle des Canadiennes non-autochtones

La réponse est – Faux

Les femmes autochtones sont 2,5 fois plus susceptibles d’être victimes de violence domestique et on estime que le taux de féminicides chez les femmes autochtones est 6 fois plus élevé que chez les femmes non-autochtones.

Source : Fondation canadienne des femmes, La violence faite aux femmes : les faits

#7. Les choix universitaires et professionnels que font les filles et les jeunes femmes sont uniquement influencés par les goûts et la personnalité.

La réponse est – Faux

Malheureusement, on observe que les inégalités de genre impactent les choix des femmes. Par exemple, elles sont sous représentées dans certains domaines d’étude : les garçons sont deux fois plus susceptibles d’entreprendre une carrière dans les STIM (sciences, technologie, ingénierie, mathématiques)1. Les femmes, du fait des charges familiales, sont aussi plus nombreuses à travailler à temps partiel comparativement aux hommes : en 2013, environ 70% des employés à temps partiel étaient des femmes.2

  1. Source : Fondation canadienne des femmes, Les défis qui se posent aux filles : les faits.
  2. Source : Fondation canadienne des femmes, Écart salarial : les faits.

#8. Les métiers majoritairement occupés par les femmes sont moins bien rémunérés (secrétaire, gardienne d’enfant, vente, soins de santé).

La réponse est – Vrai

Les femmes sont surreprésentées dans les 20 professions les moins bien rémunérées, qui sont souvent associées au travail domestique

Source : Fondation canadienne des femmes, Écart salarial : les faits.

#9. À travail égal, les hommes et les femmes gagnent généralement le même salaire.

La réponse est – Faux

En moyenne, l’écart salarial, c’est-à-dire la différence de revenu entre les femmes et les hommes en milieu de travail, est défavorable aux femmes. En effet, on estime qu’en moyenne une femme canadienne gagne 87 cents quand un homme gagne 1 dollar, ce qui équivaut à 47 jours de travail non-rémunérés à l’année.

Source : Statistique Canada, L’écart salarial entre les sexes et la Journée de l’équité salariale 2018, Novembre 2018

#10. Les femmes de la Nouvelle-Écosse obtiennent le droit de vote en 1816.

La réponse est – Faux

Les femmes néo-écossaises ont obtenu le droit de vote le 26 avril 1918 par l’adoption du Nova Scotia Franchise Act.

#11. La Colombie-Britannique est la première province à avoir adopté une législation sur l’équité salariale.

La réponse est – Faux

C’est le Manitoba qui a adopté en 1986 une loi sur l’équité salariale, et il sera suivi par l’Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Ontario et le Québec. La Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador et la Colombie-Britannique disposent de cadres politiques et réglementaires en faveur de l’équité salariale, tandis que l’Alberta n’a adopté aucune loi ni cadre politique.

Source : Ontario Equal Pay Coalition, The Gender Pay Gap Across Canada.

#12. Les femmes autochtones obtiennent le droit de vote aux élections fédérales en 1960 sans devoir renoncer à leur statut d’Indiens.

La réponse est – Vrai

Les femmes autochtones ont obtenu le droit de vote aux élections fédérales sans avoir à renoncer à leur statut en 1960, alors que ce droit a été accordé à beaucoup d’autres Canadiennes en 1918.

Source : L’Encyclopédie canadienne, Les femmes autochtones et le droit de vote.

#13. Rosemary Brown, députée provinciale néo-démocrate de la Colombie-Britannique devient la première femme noire élue députée au Canada.

La réponse est – Vrai

Rosemary Brown est née en Jamaïque et a immigré au Canada en 1951 pour poursuivre ses études. Elle a siégé pendant 14 ans à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique et elle a aussi été la première femme noire à se porter candidate aux élections d’un parti politique fédéral.

Source : L’Encyclopédie canadienne, Rosemary Brown.

#14. En Nouvelle-Écosse, Alexa McDonough a été la première femme élue chef d’un parti politique provincial en 1980.

La réponse est – Vrai

Alexa McDonough a été élue à la tête du Nouveau Parti Démocratique en 1980 et en 1995, elle devient chef du parti au niveau fédéral.

Source : L’Encyclopédie canadienne, Alexa McDonough.

#15. La même proportion de filles que de garçons subissent des impacts négatifs sur le plan de la santé mentale à l’adolescence.

La réponse est – Faux

Les filles sont plus susceptibles de voir leur santé mentale se détériorer et leur estime de soi diminuer à l’adolescence. Par exemple, en 2014, on estime que les filles canadiennes sont 15 fois plus susceptibles d’être hospitalisées pour des troubles alimentaires comparativement aux garçons, et plus de la moitié des patientes ont entre 10 et 19 ans.

Source : Fondation canadienne des femmes, Les défis qui se posent aux filles : les faits.

Voir mon résultat