Publications‎ > ‎

La violence faite aux femmes et les répercussions sur les enfants


Les enfants qui sont témoins de la violence faite à leur mère subissent aussi les conséquences de la violence. Ils risquent d'être violentés eux-mêmes, d'avoir des problèmes d'adaptation au cours de leur enfance et de leur adolescence, et de perpétuer le cycle de violence.
  • Dans un sondage canadien sur la violence faite aux femmes, les femmes ont indiqué que leur partenaire a maltraité leurs enfants physiquement (26 %), psychologiquement (48 %) et sexuellement (7 %).

  • On apprend à être violent. Des études indiquent que, parmi les hommes qui maltraitent leur partenaire, de 40 à 60 % d'entre eux ont été témoins de violence faite aux femmes durant leur enfance.

  • Les enfants qui sont témoins de violence faite aux femmes éprouvent autant de problèmes d'adaptation que les enfants qui sont physiquement maltraités.

  • Les graves problèmes de comportement sont 17 fois plus fréquents chez les garçons et 10 fois plus fréquents chez les filles qui ont été témoins de violence faite aux femmes.

  • Les enfants de femmes violentées réussissent beaucoup moins bien que leurs pairs dans les études, les activités et sports organisés, ainsi que la participation à la vie de la société.

  • Une étude a révélé que plus de 50 % des jeunes contrevenants accusés d'infraction portant préjudice à autrui ont vécu dans un milieu familial violent dans leur enfance.

  • 25 % des enfants qui ont séjourné dans une maison d'hébergement pour femmes violentées ont indiqué qu'il était normal qu'un homme frappe une femme lorsque la maison est en désordre. Après des séances de consultation en groupe, aucun enfant n'était d'accord pour qu'un homme frappe une femme.

Les enfants des femmes violentées possèdent un certain nombre de caractéristiques communes, notamment :
  • ils se sentent coupables;
  • ils manifestent des troubles physiques, comme des maux d'estomac et des maux de tête;
  • ils ont des cauchemars et souffrent d'insomnie;
  • ils ont des problèmes d'alimentation (suralimentation ou sous-alimentation);
  • ils ont une définition rigide du rôle des sexes;
  • les filles sont soumises, passives, dociles et agissent comme les "petites servantes de leur mère";
  • les garçons sont agressifs, brutaux et manifestent un comportement autodestructeur.

Des études démontrent que les problèmes d'adaptation d'un enfant sont davantage attribuables au niveau de violence au foyer dont il est témoin qu'à une séparation, un divorce ou la disparition des parents.
Comments